Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

photo du journal web info
photo du journal web info

Le cdH s'est réuni lors d'un congrès à Marche-en-Famenne: "Le supplice s'appelle N-VA"

Le président du cdH, Benoît Lutgen, a profité samedi d’un congrès à Marche-en-Famenne pour ouvrir la troisième voie de « la politique équitable ». Sur le thème d’« Oser, partager, respecter », il a mis en avant la particularité revendiquée par les centristes francophones : le développement humain

Comme d’autres partis, le cdH profite de l’absence d’échéances électorales proches pour prendre le pouls de la population et faire émerger des idées nouvelles. Le congrès qui a réuni 1.683 militants était le premier grand rendez-vous de cette opération qui s’étale sur un an.

Les élections du 25 mai ont amené un profond bouleversement dans le paysage politique belge. La N-VA est entrée dans un exécutif fédéral dont seul les libéraux font partie du côté francophone. Le cdH a refusé de se lancer dans l’aventure.

Depuis la constitution du gouvernement Michel, la polémique politique est vive et elle se double d’une contestation sociale.

« Qu’on arrête d’opposer systématiquement les citoyens entre eux, les pauvres contre les riches, les patrons contre les travailleurs. Même les Berbères et les Asiatiques ! Faut le faire quand même. Glorifier une race aux dépens de l’autre et imposer un supplice chinois à tout le pays. En réalité, le supplice n’est pas chinois, le supplice s’appelle N-VA. Nous leur avons dit ’non !’ Maintenant, je suis certain que tout le monde comprend pourquoi », a souligné M. Lutgen, évoquant la querelle qui a entouré les propos de Bart De Wever sur le racisme.

Le président des centristes francophones a dénoncé les « concessions répétées » du MR « sur les valeurs ». « Le ver est dans le fruit », a-t-il lancé.

Le cdH entend se distinguer des « vieilles recettes » de la gauche et de la droite qui témoignent, selon lui, d’un « matérialisme exacerbé ».

Parmi les priorités d’une « politique équitable », M. Lutgen a mis en avant la lutte contre la fraude. Dans le domaine fiscal, 20 milliards d’euros par an échappent à l’impôt, a-t-il rappelé. « Sans taxe nouvelle, sans augmentation d’impôt, sans sacrifice supplémentaire, 20 milliards pourraient être disponibles ! Comment expliquer à nos citoyens, nos jeunes en particulier, les sacrifices imposés quand on voit la masse des capitaux évaporés ? ».

Tag(s) : #info du jour

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :